Nouvelles

Les caisses d'assurance maladie augmentent les budgets des médicaments à partir de 2011

Les caisses d'assurance maladie augmentent les budgets des médicaments à partir de 2011

Les compagnies d'assurance maladie augmentent le budget des médicaments à partir de 2011: augmentation du budget des médicaments de 0,2%

L'Association centrale de l'assurance maladie légale (GKV) et l'Association nationale des médecins de l'assurance maladie légale (KBV) ont convenu d'une augmentation du budget dans le domaine des produits pharmaceutiques et thérapeutiques. Selon cela, le budget annuel des médecins résidents pour la prescription des médicaments et des remèdes sera augmenté de 60 millions d'euros chacun à partir de 2011 en raison du nouveau cadre.

Dépenses pharmaceutiques: 30 milliards d'euros Le budget total prévu pour les produits pharmaceutiques à partir de l'année prochaine sera de 30 milliards d'euros, et celui des remèdes tels que la physiothérapie, l'orthophonie et l'ergothérapie sera de 4 milliards d'euros. Cela augmente les dépenses possibles des médecins de 0,2% pour les produits pharmaceutiques et de 1,5% pour les médicaments. Le modèle de calcul de l'Association nationale des caisses légales d'assurance maladie et de la KBV repose sur des référentiels de contrôle de l'efficacité économique, qui précisent combien un médecin peut prescrire en moyenne par patient et par an. Celles-ci sont extrêmement différentes selon le groupe de spécialistes.

Pas d'augmentation significative - KBV satisfait de toute façon
Comme l'explique la KBV, les recommandations sur les substances au plomb et les quotas de prescription sont restées pratiquement inchangées dans le cadre du règlement actuel. Les taux d'augmentation sont relativement faibles par rapport aux années précédentes. Cependant, les mesures d'économies adoptées par le gouvernement dans le secteur pharmaceutique prennent effet, de sorte que la KBV est plutôt satisfaite de la réglementation actuelle. Carl-Heinz Müller, membre du conseil d'administration de la KBV, a souligné au «Deutschen Ärzteblatt» que les nouvelles exigences-cadres «compte tenu des mesures d'économie prescrites par les deux lois pharmaceutiques (...) sont un résultat positif pour les médecins contractuels et les patients, puisque les valeurs de référence n'ont pas été abaissées. Besoin de devenir ". La KBV considère même la légère augmentation des benchmarks comme un succès. Par ailleurs, le conseil d'administration de la KBV s'est félicité que «cette année (...) la KBV (a) réussi à combiner l'atteinte d'objectifs d'approvisionnement et économiques avec une éventuelle dérogation au test de référence et donc la pression de recours pour les médecins réduire ". Les médecins qui travaillent économiquement et respectent pleinement leurs obligations de soins devraient donc être épargnés à l'avenir des tests de référence.

"L'épée de Damoclès du test de référence"
Cependant, les médecins de l'assurance maladie statutaire ne pourront pas non plus se sentir totalement en sécurité à l'avenir, car toute modification de la conversion prévue de la rémunération globale aura également des conséquences sur les budgets des médecins. En outre, l'exemption résolue des médecins des autres tests de référence n'est qu'une recommandation. «L'épée de Damoclès du test de référence» continuera à planer sur les médecins contractuels des États fédéraux à l'avenir, a expliqué Carl-Heinz Müller et a donc appelé à une réglementation juridique claire pour abolir les références.

Suivez les réglementations au niveau de l'État
Selon la KBV, la manière dont les exigences du cadre seront mises en œuvre dans les différents États fédéraux n'a pas encore été entièrement clarifiée. Les États fédéraux étant très différents en termes de structure de leur population, les associations statutaires d'assurance maladie respectives devront négocier sur place dans les semaines à venir les repères spécifiques pour le traitement médical. Par exemple, la définition du taux d'augmentation supplémentaire pour le nombre et la structure par âge des assurés est un facteur dans les accords sur les médicaments qui devrait être défini au niveau de l'État pour garantir la prise en compte des différences régionales. (fp, 21 octobre 2010)

Lisez aussi:
La compagnie d'assurance maladie DAK conclut de nouveaux accords de réduction
Santé: le gouvernement compte sur un taux fixe par habitant
Des contributions supplémentaires dues à une augmentation des frais médicaux?
Assurance maladie contre paiement anticipé chez le médecin

Crédit photo: Rainer Sturm / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Lassurance maladie Suisse LAMal. Tout comprendre. AXA Santé (Octobre 2020).