Nouvelles

Plus de fonds pour la recherche sur les maladies courantes

Plus de fonds pour la recherche sur les maladies courantes

Le gouvernement fédéral augmente les fonds pour la recherche sur les maladies courantes

La recherche dans le domaine des maladies courantes doit être considérablement développée. Le gouvernement fédéral prévoit d'investir plusieurs milliards d'euros pour améliorer la recherche et le contrôle des maladies les plus courantes dans ce pays.

Lors d'une conférence de presse à la Charité, le ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (FDP) et la ministre fédérale de la Recherche Annette Schavan (CDU) ont présenté le nouveau programme-cadre de recherche pour la recherche en santé, avec lequel le gouvernement fédéral souhaite intensifier sa lutte contre les maladies dites courantes telles que les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer. Le programme-cadre détermine, entre autres, comment la recherche en santé dans les universités et les cliniques devrait être financée au cours des huit prochaines années. Un changement majeur par rapport aux programmes de recherche précédents est que les activités de tous les acteurs du système de santé pour la recherche de maladies courantes devraient être davantage regroupées.

Intensifier la recherche et le traitement des maladies courantes Le gouvernement allemand prévoit d'investir un total de 5,5 milliards d'euros dans la recherche sur les maladies courantes d'ici 2014. En outre, le programme-cadre pour la recherche en santé prévoit la création de six «centres allemands de recherche en santé», qui traiteront de la recherche des maladies courantes les plus importantes. Deux de ces centres, le Centre allemand des maladies neurodégénératives pour l'étude des maladies telles que la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson, et le Centre allemand de recherche sur le diabète ont déjà été ouverts, les emplacements des quatre autres doivent être déterminés d'ici l'été 2011. Selon les plans du gouvernement allemand, les centres de recherche en santé encore à ouvrir se concentreront sur la recherche sur le cancer, les maladies infectieuses, les maladies cardiovasculaires et les maladies pulmonaires. Chaque centre doit être composé de plusieurs sites partenaires dans lesquels les universités et les institutions non universitaires travaillent en étroite collaboration, ont déclaré les ministres lors de la conférence de presse. «Ces six centres allemands sont au cœur du programme-cadre», a souligné le ministre Schavan.

Mise en pratique des résultats de la recherche Selon l'espoir des ministres fédéraux, les six centres de recherche en santé contribueront également à mettre en place plus rapidement de nouvelles thérapies dans les soins réguliers. Avec les mesures du programme-cadre, le passage des résultats de la recherche à la pratique médicale doit être conçu le plus rapidement possible, a déclaré le ministre fédéral de la Recherche Schavan. Philipp Rösler a également souligné l'importance de la recherche sur les services de santé dans le programme-cadre de recherche en santé, car il s'agit de "comment de nouveaux traitements peuvent être délivrés le plus rapidement possible". Selon Ulrich Dirnagl, responsable de la neurologie expérimentale à la Charité de Berlin, il a fallu entre dix et 30 ans pour qu'une découverte médicale atteigne le patient. Ici, un réseautage plus solide de la recherche apporterait des avantages évidents, selon le médecin.

Développer la recherche interdisciplinaire sur les maladies courantes Par exemple, la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux, en tant que l'une des maladies les plus répandues, ne devrait pas se concentrer uniquement sur le cerveau, a expliqué Ulrich Dirnagl. Les principales causes sont les infections et, en particulier, la pneumonie. Dans le cadre d'une recherche et d'un traitement en réseau, les nouvelles thérapies de l'AVC visent donc à détecter et traiter un affaiblissement du système immunitaire par des infections à un stade précoce, a souligné l'expert. "Là où la recherche fondamentale et les cliniques sont étroitement liées, de tels problèmes peuvent être résolus et c'est pourquoi nous pouvons attendre beaucoup de ces centres à l'avenir", a expliqué Dirnagl. Le ministre fédéral de la Santé a également souligné l'importance de la recherche dans le domaine des AVC, car avec 160 000 cas par an, il s'agit de la maladie neurologique la plus courante en Allemagne aujourd'hui.

Centres de recherche en santé Alors que le centre pour les maladies neurodégénératives avec son centre principal à Bonn et le centre pour la recherche sur le diabète avec des partenaires à Munich, Düsseldorf, Potsdam, Tübingen et Dresde sont déjà en plein essor, le Centre allemand de cardiologie La recherche circulaire et d'autres universités ont annoncé conjointement les institutions berlinoises Charité, le Centre allemand du cœur, le Centre Max Delbrück de médecine moléculaire, l'Institut Robert Koch (RKI) et l'Institut allemand de recherche nutritionnelle de Potsdam. La Charité devrait également participer au Consortium allemand pour la recherche translationnelle sur le cancer. Le ministre fédéral de la Recherche a souligné: "En juillet, nous pouvons vous présenter la carte de l'Allemagne avec les six centres".

Le programme-cadre de recherche en santé détermine d'autres domaines d'action Le gouvernement fédéral prend en charge la majorité du financement des six centres de recherche en santé à créer dans le cadre du programme-cadre de recherche avec environ 90%. 500 millions d'euros sont consacrés au développement et à l'expansion des centres de recherche au cours des quatre prochaines années. Schavan a décrit le programme de soutien comme un "jalon" qui a également reçu une grande attention internationale. Les six centres de recherche permettent d'innover dans la recherche sur les maladies courantes les plus importantes, a conclu le ministre. Outre la recherche sur les maladies courantes, le programme-cadre pour la recherche en santé mentionne également d'autres domaines d'activité clés, tels que la nutrition, les mesures préventives, le rapport coût-efficacité, une plus grande concentration sur la médecine pour l'individu et la coopération internationale. Le professeur Karl Max Einhäupl, PDG de la Charité lors de la conférence de presse, a expliqué que la recherche et le traitement, en particulier dans le domaine des maladies courantes, sont liés au fait que les gens vieillissent. Le spécialiste a ajouté: Une fille sur deux née aujourd'hui vivra jusqu'à plus de 100 ans. (fp)

Lisez aussi:
Décisions sur les fonds de recherche pour les maladies courantes
Centre de recherche: traquer les maladies courantes

Image: Gerd Altmann / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source

Vidéo: Les maladies inflammatoires chroniques (Octobre 2020).