Nouvelles

Un adulte sur trois est victime d'intimidation

Un adulte sur trois est victime d'intimidation

Intimidation: un Allemand adulte sur trois est touché
23.03.2014

Un adulte sur trois en Allemagne est touché par l'intimidation. Cela ressort d'une étude de «l'Alliance contre la cyberintimidation». Près d'un tiers des victimes de cyberintimidation doivent donc se faire soigner.

40 pour cent des attaques de haine durent plus d'un an Un adulte sur trois en Allemagne est touché par l'intimidation. Les rapports une étude de «l'Alliance contre la cyberintimidation». Un dixième d'entre eux est également concerné en ligne. En général, le risque d'intimidation et de cyberintimidation augmente. Selon l'étude, 40% des attaques haineuses durent plus d'un an. Un total de 6 200 Allemands âgés de plus de 18 ans ont été interrogés pour l'étude. L '«Alliance contre la cyberintimidation», qui a été fondée en 2011, est un réseau de parents engagés, d'éducateurs, d'avocats, de médecins, de chercheurs et bien d'autres qui sont personnellement concernés par le sujet.

L'intimidation a des conséquences psychologiques et physiques 31 pour cent des victimes de cyberintimidation devraient en conséquence rechercher un traitement médical. Près de la moitié se plaignent de dépression et un sur dix se classe à risque de suicide. Selon une étude de la Techniker Krankenkasse (TK) en 2011, il a été constaté que les adolescents et les enfants qui ont été victimes d'intimidation souffrent non seulement psychologiquement, mais aussi que des plaintes physiques surviennent. À l'époque, six pour cent des personnes interrogées ont déclaré souffrir également de symptômes tels que des maux de tête ou des douleurs abdominales en raison de l'abus. 18% ont déclaré avoir du mal à s'endormir ou à se réveiller la nuit. La travailleuse sociale Gritli Bertram de Hanovre déclare: "Les enfants souffrent souvent massivement des abus, dont certains continuent dans le monde réel." (Annonce)

Image: Angela Parszyk / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source

Vidéo: Ecole maternelle (Octobre 2020).