Nouvelles

Suspicion d'Ebola non confirmée au Canada

Suspicion d'Ebola non confirmée au Canada

Ebola non confirmé chez les hommes au Canada

Le cas présumé d'Ebola au Canada est clair. Un test sanguin a montré que l'homme soupçonné d'avoir Ebola n'était pas infecté. D'autres maladies infectieuses dangereuses pourraient également être exclues.

Les résultats des tests sanguins étaient négatifs Il y a quelques jours, on a appris qu'une épidémie d'Ebola s'était produite en Guinée ouest-africaine et qu'un cas suspect d'Ebola au Canada avait fait sensation. Un homme qui était au Libéria pour travailler, selon Denise Werker, directrice adjointe du ministère de la Santé de la province de la Saskatchewan, est dans un hôpital de la ville de Saskatoon. Il a une forte fièvre et d'autres symptômes similaires à Ebola. Mais les résultats des analyses des échantillons de sang envoyés à un laboratoire spécialisé à Winnipeg étaient négatifs. Ceci est maintenant tweeté par le porte-parole de la presse de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Gregory Härtl. Les virus similaires à Marburg ou Lassa pourraient également être exclus.

Symptômes seulement après le retour des travailleurs africains, le patient avait été isolé et ses proches sont actuellement en quarantaine. Le personnel clinique qui entre en contact avec l'homme porte des masques respiratoires et des vêtements de sécurité spéciaux. L'administrateur général de l'agence a ajouté que les symptômes du patient n'apparaissaient qu'après son retour au Canada. Le virus Ebola n'est jusqu'à présent apparu qu'en Afrique, avec de nombreux cas en République démocratique du Congo, où il a été découvert en 1976. En Guinée, en Afrique de l'Ouest, au moins 59 personnes en sont décédées ces dernières semaines et un total de 87 cas suspects sont survenus dans le pays. En outre, six cas suspects ont été signalés au Libéria voisin, dont cinq mortels.

Ebola ne s'est pas propagé à la capitale guinéenne Selon le ministère libérien de la Santé, les victimes, dont la nationalité n'a pas été précisée, sont venues du sud de la Guinée pour se faire soigner dans les hôpitaux du nord du Libéria. Selon un représentant de l'organisation MSF (Médecins sans Frontières, MSF), les personnes touchées ont assisté à des funérailles en Guinée puis sont retournées au Libéria. Il existe de nombreux liens familiaux dans cette zone frontalière. L'hypothèse selon laquelle l'épidémie d'Ebola s'est propagée à la capitale guinéenne n'a pas non plus été confirmée, selon des responsables gouvernementaux. Les premiers cas étaient déjà connus dans les zones forestières du sud du pays à la fin du mois de janvier.

La maladie est souvent mortelle Le virus Ebola se propage à d'autres personnes par des frottis infectés par les fluides corporels, comme le sang. Après une période d'incubation d'un maximum de trois semaines, des symptômes pseudo-grippaux apparaissent. Ceci est suivi par une forte fièvre, des saignements internes, une insuffisance hépatique et rénale, une diarrhée sanglante, des crampes, des chocs et des troubles circulatoires. Les nausées et les vomissements sont d'autres symptômes d'accompagnement typiques. Les personnes atteintes saignent souvent par toutes les ouvertures du corps. Selon l'OMS, la maladie est mortelle dans 25 à 90% des cas et la mortalité dépend de l'agent pathogène. Jusqu'à présent, il n'y a pas de vaccination ou de thérapie contre le virus. (sb)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: La Prévention du virus Ebola en Français accent de la Republique Démocratique du Congo (Octobre 2020).